Testé et approuvé: le déo maison

J’ai entendu parler du déo maison pour la première fois en 2014, quand j’ai lu Zéro Déchet de Béa Johnson. Je trouvais ça ridicule.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et le mot aluminium a commencé à apparaître un peu trop souvent à mon goût dans des polémiques anti-déo. Puis je me suis lancée dans le zéro déchet cette année, ce qui implique pas mal de DIY et de changements d’habitude.

J’utilise le même déodorant depuis littéralement toujours. J’ai changé de parfum 3 fois, chaque fois parce que le mien était discontinué. Je suis une femme d’habitude.

Vers la fin du printemps, j’ai décidé d’essayer de passer une journée sans déodorant, juste pour voir, en me disant: le pire qui va arriver, c’est que tu vas puer un petit peu au bureau une fois, tant pis. À mon grand étonnement, ça s’est super bien passé. C’était une journée super tranquille, pas de gym le matin, je suis allée prendre une marche au parc à la place, et après la douche, pas de déo. J’ai une job de bureau, je ne bouge pas beaucoup, pourtant j’ai tendance à suer quand même naturellement, mais je n’ai pas pué cette journée-là.

Ni les suivantes.

J’ai donc adopté une politique initiale de mettre du déodorant seulement pour aller au gym. Même si je suis presque toujours seule là-bas le matin, au cas où. Puis l’été est arrivé et j’ai recommencé à mettre un peu de déo pour les journées chaudes, surtout si je prévoyais aller dîner au parc ou prendre une marche sur l’heure du lunch.

Le 20 juin, j’ai suivi une formation avec Craque-Bitume pour fabrication de déodorant et de crème solaire maison. Je connaissais déjà les recettes (faciles à trouver en ligne), mais je n’étais pas game d’essayer ça chez nous toute seule. J’ai une peur atroce de l’échec. En plus on repartait avec un échantillon de ce qu’on avait fabriqué, les ingrédients étaient fournis, ça me rassurait. Ça été une super soirée et j’ai placé mon petit pot mason avec 2-3 cuillères à soupe de déodorant beige dans mon armoire de salle de bain.

J’en ai mis le lendemain, en suivant les conseils de la prof, j’ai passé une belle journée sans puer (et j’ai beaucoup marché ce jour-là, dans des températures d’environ trente degrés) et c’était super cool.

Depuis une semaine, j’ai abandonné le déo pour le gym. Je n’y suis qu’une demi-heure, et je me suis rendue compte que je sentais à peine la sueur quand j’allais prendre ma douche (pourtant, j’ai tellement, tellement chaud, j’ai des coulisses à grandeur du corps).

Considérations pour le déodorant maison

  1. C’est un déodorant, pas un antisudorifique; il ne bloque donc pas la transpiration, il élimine juste l’odeur aigre. Si vous utilisez présentement un antisudorifique, il faut s’habituer à sentir une certaine moiteur sous les aisselles quand on change pour un déodorant.
  2. Je conseille fortement l’application au doigt, car l’application au bâton, même si elle est possible, en utilise beaucoup trop. Je mets environ une demi cuillerée à thé sur chaque aisselle, avec un doigt, je l’étends ensuite sur toute la surface (là où les poils poussent) avec ma main.
  3. Apparemment que la cire d’abeille peut tacher les vêtements pâles (blancs) et l’huile de coco peut faire des taches de gras. Je n’ai jamais eu ce problème (mais je ne porte pas de blanc), par contre beaucoup de gens croient c’est surtout lié à une trop grande quantité d’application.
  4. Assurez-vous d’utiliser un contenant bien propre et hermétique (j’utilise un mini pot Mason).
  5. Même pendant la canicule, il a gardé une bonne texture crémeuse (la température est montée à 32*C dans le condo). Par contre, comme pour tous les produits corporels, on le range dans une armoire et on évite de le laisser exposé au soleil.

Peux-tu nous donner la foutue recette? (en italique les options d’ingrédients que nous n’avons pas utilisé pour notre recette du 20 juin)

  • 6 c. à soupe (90 ml) d’huile de noix de coco
  • 1/4 tasse (60 ml) de bicarbonate de soude sans alun ou d’argile blanche
  • 1/4 tasse (60 ml) de fécule de maïs ou d’amarante
  • 20 g. (1 c. à soupe) de cire d’abeille râpée
  • 36 à 45 gouttes d’huiles essentielles au choix (facultatif) – ratio: 2 à 3 gouttes par 5ml d’huile*
  1. Dans un chaudron ou au bain-marie, faire fondre l’huile de noix de coco et la cire d’abeille à feu doux.
  2. Éteindre le feu, ajouter le bicarbonate de soude et la fécule de maïs en tamisant pour éviter la formation de grumeaux.
  3. Retirer du feu et ajouter les huiles essentielles.*
  4. Mettre dans un contenant, étiqueter et utiliser!

*Les huiles essentielles conseillées pour la fabrication de déodorant: ces huiles ont des propriétés antibactériennes et antiseptiques, en plus de diminuer les odeurs:

  • Lavande
  • Tea tree (arbre à thé)
  • Sapin
  • Palmarosa
  • Sauge sclarée
  • Bergamote (utilisée pour la recette du 20 juin)

Renseignez-vous bien avant d’utiliser n’importe quelle huile essentielle, car elles ne vont pas toutes sur la peau. Passeport Santé offre un excellent guide.


Pour ma part, j’utilise encore mon bâton de déodorant normal de temps en temps, histoire de le terminer (je suis cheap). Mais neuf fois sur dix, j’utilise mon déodorant maison. Je l’ai testé: au bureau; chez moi; dans la canicule (plus de 40 degrés Celcius); au gym; en courant à l’extérieur… et il a passé le test, chaque fois.

Bon déodorisage!

Share Button
Ce contenu a été publié dans Zéro Déchet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.